English version

? | Page d'accueil | Simulateurs

Site de Grebz
Page d'accueil



SIMULATEURS
AMPLIS, BAFFLES ET IMPULSIONS

Nous abordons ici une étape primordiale. Puisque nous sommes dans le Rock, nous allons utiliser des guitares, forcément. Or, la guitare Rock, il faut que ça sonne bien, il faut que ça pète, que ce soit présent. Si la guitare est secondaire, ce n'est plus du Rock, alors il va falloir la soigner. Et en home studio, pas facile d'avoir accès à du bon matériel pour faire ressortir le son de nos chères guitares. Les amplis, c'est cher, ça prend de la place et ça fait beaucoup de bruit, mais heureusement, le virtuel a fait des bonds gigantesques et on peut maintenant avoir sous la main des émulations d'équipements de toutes sortes.

Comme leur nom l'indique, les simulateurs d'ampli tentent de reproduire les sonorités obtenues avec de véritables amplis de guitare (ou basse). Certains se contentent de reproduire un modèle précis, d'autres proposent la reproduction de plusieurs modèles de différentes marques. On retrouve en général les mêmes marques les plus connues d'un simulateur à un autre, mais leur qualité et la fidélité de reproduction par rapport au matériel original est souvent assez différente d'un simulateur à un autre. On trouve des simulateurs gratuits et payants.

Les simulateurs d'ampli ne sont bien sûr indispensables que si vous n'utilisez pas de véritable ampli pour votre guitare. Un bon simulateur d'ampli permet de jouer et d'enregistrer en toute discrétion, tout en donnant un excellent résultat. Franchement, il devient difficile de faire la différence entre un bon simulateur d'ampli et un véritable ampli. Le simulateur reste un cran en-dessous en matière de dynamique du son, de grain, de chaleur, mais au sein d'un bon mix, la différence est ténue et si vous soignez bien vos réglages, la plupart des gens n'y verront que du feu. Autre avantage des simulateurs d'amplis : ça ne prend pas de place et on peut avoir sous la main de nombreux modèles différents sans dépenser une fortune. En revanche, pour faire un concert, rien ne vaut un bon ampli... Mais ici, le but est d'enregistrer en home studio.

Attention : je vous présente ici des simulateurs de tête d'ampli, auxquels vous devez ajouter des chargeurs d'impulsions (des simulateurs de baffles) pour reconstituer un ampli virtuel complet. Sans impulsions, le son sera plutôt agressif et peu réaliste. En fonction du baffle, du microphone et de son positionnement, les sons obtenus lors de l'enregistrement d'un véritable ampli varient grandement, et c'est aussi le cas avec les simulations. À vous de trouver les bons réglages, les bonnes impulsions. N'hésitez pas à utiliser plusieurs impulsions simultanément pour une seule guitare afin d'obtenir un son plus massif.

NB : Tous les plugins que je présente ici en téléchargement sont pour PC sous Windows mais un certain nombre de ces simulations existent aussi sur Mac. Je m'efforce de le préciser quand c'est le cas. Toutefois, le téléchargement des versions Mac devra se faire depuis le site officiel de leurs auteurs.

Chaînes audio réelles et simulées
Comment utiliser des simulateurs d'ampli dans un séquenceur ?
Réglages des démos sonores

Haut de page
Haut de page

Chaîne audio réelle
Chaîne audio réelle

Guitare => Tête d'ampli => Baffle => Enregistré via un micro => Interface audio => Séquenceur


Chaîne audio simulée

Chaîne audio simulée
Chaîne audio simulée
Guitare => Interface audio => Séquenceur, et dans le séquenceur, on a un simulateur de tête d'ampli (ici : Poulin LE456), suivi d'un chargeur d'impulsion (ici : Poulin LeCab 2) dans lequel on charge une impulsion qui simule le baffle désiré.
Haut de page

Comment utiliser les plugins de simulation d'ampli dans un séquenceur :

Chaque séquenceur étant différent, je ne peux pas vous indiquer la démarche exacte à suivre pour chacun, mais seulement vous indiquer la méthode générale. Rappel : étant utilisateur d'un PC sous Windows, les fichiers que je propose sont pour Windows, ainsi que les explications ci-dessous.

     1 - Téléchargez le fichier du plugin qui vous intéresse. Ce sont des fichiers zippés (format zip ou rar en général) qui contiennent un fichier "DLL", et parfois un mode d'emploi.

     2 - Dézippez le plugin et copiez ses fichiers dans le dossier VST de votre séquenceur. Je vous conseille de créer un répertoire pour chaque plugin.
Par exemple, si vous téléchargez le zip du X50 de TSE, copiez son contenu dans le répertoire "C:\...\VST\TSE - X50".
Personnellement, pour m'y retrouver plus facilement, je fais même "C:\...\VST\Simulateurs d'amplis\TSE Plugins\X50", comme ça tout est classé par type de plugins et par marque.

     3 - Si votre séquenceur ne le fait pas automatiquement au démarrage, utilisez sa fonction de recherche, ou d'analyse des plugins. Le séquenceur aura peut-être besoin d'être fermé puis redémarré pour reconnaître les nouveaux plugins installés sur votre système. Vérifiez dans les options que le séquenceur sache où chercher vos plugins. Il est souvent possible de choisr un ou plusieurs chemins qui pointent vers le ou les répertoires où se trouvent vos plugins.

     4 - Une fois que le plugin est bien reconnu par le séquenceur, placez-le sur la piste ou le bus que vous souhaitez. Certains plugins ne fonctionnent que s'ils sont placés sur des pistes ou des bus stéréo.

     5 - Placez d'abord un simulateur d'ampli.

     6 - Placez ensuite un simulateur de baffle, également appelé "chargeur d'impulsion" (impulse loader), comme LeCab 2 de Poulin par exemple.

     7 - Chargez dans le simulateur de baffle l'impulsion de votre choix. Les impulsions sont des fichiers audio de petite taille, que vous aurez préalablement téléchargés (ou achetés) et placés dans un répertoire de votre disque dur. Elles n'ont pas besoin de se trouver dans votre répertoire VST. Chargez donc l'impulsion de votre choix, par exemple une impulsion d'un baffle Marshall.

     8 - Si tout va bien, vous disposez maintenant d'une tête d'ampli et d'un baffle, comme un véritable ampli.

     9 - Cliquez sur le bouton "monitoring" de votre piste de guitare, celui-là même qui vous permet de vous entendre quand vous jouez. Vous devriez maintenant pouvoir profiter du son de votre ampli virtuel.

     10 - Faites vos réglages dans la fenêtre du simulateur d'ampli, montez le volume, réglez vos basses, vos médiums, vos aigus, etc. Faites de même sur les options du simulateur de baffle si besoin (coupe-haut, coupe-bas, panoramique...)

     11 - Attention à la latence. Faites en sorte qu'elle soit réglée suffisamment bas pour qu'il n'y ait pas de décalage entre le moment où vous jouez sur votre guitare et le moment où vous entendez le son dans vos enceintes ou votre casque. La latence ne nécessite d'être basse que lorsque vous jouez ou lorsque vous enregistrez (pour éviter ce décalage sonore). Une fois la ou les piste(s) enregistrée(s), quand le moment sera venu de procéder au mix, vous pourrez remonter la latence, de manière à gagner en puissance processeur. Plus la latence est basse, plus le processeur de votre ordinateur est sollicité, ce qui peut devenir problématique sur un gros projet et que votre ordinateur n'arrive plus à suivre en temps réel.

Haut de page


MESSAGES

(laisser un message)

Page de messages n° 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27



Cyril All You Bring
le 30/01/2012 à 20h34

Merci pour tes infos, j'ai pu y voir un peu plus clair sur le monde du home studio.
Je possède déjà une carte son line 6 UX2 avec POD Farm, des enceintes de monitoring, j'ai pu essayer Cubase, Audacity et possède Ableton Live et grâce à tes infos, j'ai compris la fonction de certains outils et comme je n'y connais pas grand chose, cette lecture m'a permis de me conforter dans mes idées.
Notamment que Ableton Live était plus axé live... quand je suis dessus, je me fais des sons House pendant une heure pendant que mes amis dansent dessus, mais quand je veux enregistrer, je peine !
J'ai cependant plusieurs questions si tu veux bien m'aider (sûrement basiques mais c'est pas grave !) :
Sur mes enceintes de monitoring, j'ai 2 potards (un sur chacune) "HF LEVEL" qui me laisse le choix entre -2, -1, 0, et +1 db...
Sur quoi cela influence-t-il ?
Où dois-je le positionner ? La même position sur mes 2 enceintes ?
Je n'entends pas la différence lorsque j'écoute simplement de la musique...
Cela a-t-il un rapport avec le "zéro du mal" à ne pas dépasser ???
Et je rencontre un autre problème sur Cubase ou Ableton Live : J'enregistre une piste, genre rythmique, jusque-là c'est cool.
J'enregistre une autre piste en jouant mon solo dessus, je suis calé (bon presque !), et lorsque j'écoute les 2, ma 2ème piste est décalée... Snif, what the fuck ???
Comment régler ce problème sans être obligé de recaler mes 2 pistes par la suite, ce qui est galère !

En tout cas, merci beaucoup pour tes infos claires et précises qui m'ont déjà beaucoup aidées !

Stay rock !

* * * * * * * * * * * * * * * *

Bonjour Cyril,

Merci d'être passé sur mon site !

En ce qui concerne les potards HF Level (High Frequency Level) de tes enceintes, il s'agit d'un bouton d'ajustement du volume des hautes fréquences (fréquences aiguës). Ces potards servent à ajuster ces fréquences de quelques dB pour compenser un éventuel problème d'acoustique de ta pièce. En effet, dans les pièces non traitées acoustiquement, ce qui est le cas de la majorité des home studistes amateurs, le son qui sort des enceintes va aller se taper sur les murs, rebondir, et faire un peu n'importe quoi avant d'arriver dans tes oreilles. La précision des enceintes de monitoring sera mise à mal dans une pièce à l'acoustique incertaine. À ta place, je laisserai les 2 potards à zéro. En fait, comme il y a de fortes chances que ta pièce ne soit pas spécialement traitée pour le son (pas plus que la mienne, d'ailleurs), pour connaître vraiment la justesse de tes enceintes et pouvoir ensuite mixer convenablement, tu vas simplement devoir apprendre à connaître ses réactions dans les graves et les aigus en écoutant tes musiques de référence et en cherchant à mixer de manière à obtenir des mixes que tu jugeras proches de ces références. Puisque les disques de professionnels sont mixés et masterisés dans de bonnes conditions, tu peux t'y fier.
En tout cas, cela n'a rien à voir avec le "zéro du mal" qu'il ne faut jamais dépasser. Ce zéro-là est le volume à ne jamais dépasser lors de l'enregistrement. Lors du mix, chaque piste doit aussi rester en dessous de 0 dB (et même idéalement bien plus bas que ça), et la piste master aussi. Tout cela avant traitement (piste sans plugins), comme après (une fois les plugins ajoutés).

Tu ne m'as pas posé la question, mais ceci pourra intéresser des gens :
Le plus important, c'est de placer tes enceintes au meilleur endroit possible, si tu as le choix du placement. Parfois, chez soi, entre la fenêtre, la porte, l'armoire et le radiateur, il ne reste pas vraiment de choix ! Trouve l'endroit le plus approprié pour que les sons stéréo te parviennent bien là où ils doivent être lorsque tu es assis en position d'écoute. Que les sons centrés semblent se trouver en face de toi, que les sons à gauche soient bien à gauche, etc.
Si ta pièce n'a pas une acoustique géniale (si ça résonne un peu par exemple), place tes enceintes de façon à ce qu'elles ne soient pas trop loin de tes oreilles. Quand tu es assis, tes enceintes doivent être si possible à hauteur de tes oreilles, et orientées vers toi. Vous devez former un triangle, toi et tes enceintes. Assieds-toi face à ton bureau, et tends les bras vers tes enceintes (bras gauche vers enceinte gauche, bras droit vers enceinte droite) : tes enceintes doivent être placées à la même distance par rapport à toi, pour que le son de chacune d'entre elles parvienne à tes oreilles en même temps.
Pour mixer, le bon volume est un volume qui ne t'empêche pas d'avoir une conversation normale avec quelqu'un qui serait dans la pièce. Enfin ça, c'est dans le but de protéger ses oreilles et d'éviter la fatigue auditive. Pour vérifier certains détails (ou se faire plaisir), on monte le son, ou même on vérifie au casque, qui agit comme une sorte de zoom auditif.

Alors en revanche pour ton problème de décalage entre deux pistes, je ne sais pas. Un problème de latence peut-être, ou de réglage d'horloge ? Je suis désolé, mais comme je ne possède ni la Line 6, ni Cubase, ni Ableton, je ne vais pas pouvoir t'être d'un grand secours à ce sujet. Essaie les forums du site Audiofanzine, tu auras plus de chances de trouver des réponses.

Grebz



marco
le 08/01/2012 à 23h31

Super site, merci pour tout ce travail, j'y vois enfin plus clair dans le monde de la MAO, et merci pour tous les sons des amplis. J'ai un son de guitare qui tue !!!



grohl
le 03/01/2012 à 22h22

Salut grebz,

Tout d'abord bravo pour ton site.
Je te contacte en fait parce que j'ai plusieurs questions à te poser.
Je suis une quiche en info mais pourtant j'aimerais bien m'amuser à enregistrer mes compos via un simulateur d'ampli.
J'ai téléchargé Kuassa amplifikation lite et le souci c'est que je n'ai aucun son qui sort quand je branche ma guitare sur le PC.
En matos, je n'ai pas grand chose, j'ai testé comme ça avec mon PC portable et sa carte son avec ma gratte branché en direct et mon casque audio basique mais qui fait le boulot.
Première question:
mon matos et mes branchements correspondent-ils ?
Si non, que me conseilles-tu comme matos à pas cher pour que je puisse me faire plaisir ?

Je t'en remercie d'avance

A+
Grohl

* * * * * * * * * * * * * * * *

Je manque un peu de détails mais a priori, tu n'as pas vraiment l'équipement pour jouer convenablement de la guitare sur PC via un simulateur d'ampli.

Premier point :
Kuassa est un VST, c'est à dire un plugin. Les VST ne peuvent pas être utilisés indépendamment, ils viennent se greffer sur un logiciel hôte, en général un séquenceur.
Il existe des logiciels qui ne sont pas des séquenceurs mais des "hôtes VST" qui permettent d'utiliser des VST sans séquenceur. J'en connais un gratuit, mais je ne l'ai jamais testé, donc je ne sais pas s'il fonctionne bien ou pas. Il s'appelle tout simplement VST Host : Télécharger (vshost.zip, 194 Ko).
S'il marche, très bien, cela épargne l'achat et l'utilisation des séquenceurs, qui sont quand même un peu complexes pour ceux qui n'ont pas envie de se prendre la tête et qui veulent simplement pouvoir jouer. En revanche pour s'enregistrer, l'utilisation d'un séquenceur devient indispensable.
Voir ma page sur les séquenceurs pour se faire une idée.
Comme dit sur la question précédente, je conseille d'essayer Reaper pour diverses raisons. Fiable et peu cher, tout en gardant en tête qu'un séquenceur n'est pas évident du tout à prendre en main quand on débute totalement. Mais c'est comme tout, si on veut vraiment, on peut et il suffit d'apprendre. Pas toujours évident, mais loin d'être insurmontable.

Deuxième point :
La carte son intégrée à l'ordinateur portable... Elle a deux défauts pour ce que tu veux en faire.

- D'abord elle n'est pas conçue pour le volume sonore très faible qu'une guitare électrique lui envoie quand tu la branches en direct. Les guitares électriques (ou électro-acoustiques... toutes celles qui se branchent, quoi) ont besoin d'une amplification, ce que la carte son intégrée à l'ordinateur n'offre pas.
Pour remédier à cela, il faut donc soit passer par un préampli (exemple ici), soit, ce qui est bien mieux, par une véritable interface audio (ici).

- Ensuite, les cartes audio basiques provoquent de la latence, c'est à dire un délai entre le moment où l'on joue sur l'instrument et le moment où on entend le son dans le casque ou les enceintes. Et cette latence est souvent trop grande pour permettre de jouer dans de bonnes conditions (une bonne demi-seconde, ce qui est énorme).
On peut y remédier grâce à Asio4All (site officiel), un petit logiciel qui permet de réduire fortement la latence des cartes audio de base, mais ce n'est pas l'idéal malgré tout.

La meilleure solution reste vraiment l'interface audio. Pour du matériel correct, il faut quand même compter aux alentours de 150 euros en entrée de gamme, et il ne faut pas être surpris de tomber sur des prix d'interfaces entre 300 et 1000 euros ! Oui, la MAO a malheureusement un coût.

Troisième point :
Le casque... je ne sais pas ce que c'est comme modèle, mais comme je le dis dans mon didacticiel, mixer au casque n'est pas très recommandé, sauf (et encore...) avec de très bons casques spécifiques. Bon, n'exagérons pas, on peut très bien débuter et se faire plaisir avec du matériel de base. Si vraiment ça devient une passion et qu'on veut absolument faire "aussi bien que les pros", il faudra investir dans du matériel plus complet et plus haut de gamme. Mais chaque chose en son temps et à moins d'avoir de l'argent à claquer, il est raisonnable d'être prudent (et prudent d'être raisonnable). Commence donc avec ce que tu as comme casque, l'investissement dans des enceintes de monitoring viendra plus tard.

En résumé :
Guitare -> (préampli) interface audio -> ordinateur -> séquenceur -> simulateur d'ampli -> simulateur de baffle -> casque

Grebz



Gulibert
le 03/01/2012 à 21h19

Bonjour Grebz,
Très intéressant ton site, je m'en inspire pour certains achats... :-)

J'ai, en fait, une question ou "un service" à te demander. Puisque tu as de l'avance sur moi en terme de MAO.
Chansonnier et guitariste de la vieille école, si je désire être "accompagné" d'un ordinateur pour ajouter 3-4 instruments de plus à mes représentations. Est-ce que tu me suggères quand même Sonar ? Car je me suis amusé avec la version démo et bien qu'il soit puissant, je ne veux que "préparer le montage" de mes chansons, ajouter une playlist ou une banque et lancer l'accompagnement avec mon interface midi...

Merci de tes lumières sur ce sujet...

Gulibert

* * * * * * * * * * * * * * * *

Je ne suggère pas Sonar plus qu'un autre séquenceur. Si je parle de Sonar dans mes descriptions, c'est tout simplement parce que c'est le séquenceur que j'utilise. Si j'étais utilisateur de Cubase ou ProTools, c'est d'eux que je parlerais.

Mon conseil pour ne pas dépenser trop d'argent serait d'essayer Reaper. C'est un séquenceur comparable à Sonar ou Cubase, avec ses qualités et ses défauts, mais qui permet de faire tout ce que ces deux autres séquenceurs permettent. Les fonctions ne sont pas forcément toutes identiques, l'interface est un peu différente, le nom des paramètres ne sera pas toujours le même, mais c'est grosso modo la même manière de procéder.

L'avantage de Reaper ? Son prix. On peut le télécharger et l'utiliser gratuitement sans limitation, en version 32 ou 64 bits. Comme il n'est pas bridé, et contrairement à une version démo, on a accès à toutes ses fonctions. Mais attention ! Ce n'est pas un logiciel gratuit pour autant. Si vous le téléchargez et que vous l'utilisez vraiment, pas seulement à titre d'essai, vous devez l'acheter.

Contrairement à ses concurrents, Reaper ne coûte que 60 dollars (45 euros), là où les versions complètes de sonar ou Cubase avoisinent plutôt les 400 euros ! Il existe aussi des versions light de ces derniers, aux alentours de 100 euros et ils peuvent aussi constituer une excellente solution. La différence, c'est que Reaper n'existe qu'en une seule version, complète. mais en contrepartie, Sonar et Cubase proposent plus de logiciels annexes (des synthés, des effets, etc.) fournis au moment de l'achat que Reaper. Mais comme tous ces outils complémentaires se trouvent facilement et gratuitement sur Internet, l'avantage n'est pas forcément déterminant.

Je t'encourage donc à au moins essayer Reaper, et puisque tu as déjà essayé la démo de Sonar, cela te fera un point de comparaison pour faire ton choix ensuite. Si tu as le courage, tu peux aussi essayer les démos d'autres séquenceurs comme Cubase.

Grebz



Jvne
le 06/12/2011 à 12h40

Merci beaucoup Grebz, pour cette mine d'infos - sur les impulsions notamment.
Au plaisir.

* * * * * * * * * * * * * * * *

De rien !

Grebz

Haut de page