English version

? | Page d'accueil | Simulateurs

Site de Grebz
Page d'accueil



SIMULATEURS
AMPLIS, BAFFLES ET IMPULSIONS

Nous abordons ici une étape primordiale. Puisque nous sommes dans le Rock, nous allons utiliser des guitares, forcément. Or, la guitare Rock, il faut que ça sonne bien, il faut que ça pète, que ce soit présent. Si la guitare est secondaire, ce n'est plus du Rock, alors il va falloir la soigner. Et en home studio, pas facile d'avoir accès à du bon matériel pour faire ressortir le son de nos chères guitares. Les amplis, c'est cher, ça prend de la place et ça fait beaucoup de bruit, mais heureusement, le virtuel a fait des bonds gigantesques et on peut maintenant avoir sous la main des émulations d'équipements de toutes sortes.

Comme leur nom l'indique, les simulateurs d'ampli tentent de reproduire les sonorités obtenues avec de véritables amplis de guitare (ou basse). Certains se contentent de reproduire un modèle précis, d'autres proposent la reproduction de plusieurs modèles de différentes marques. On retrouve en général les mêmes marques les plus connues d'un simulateur à un autre, mais leur qualité et la fidélité de reproduction par rapport au matériel original est souvent assez différente d'un simulateur à un autre. On trouve des simulateurs gratuits et payants.

Les simulateurs d'ampli ne sont bien sûr indispensables que si vous n'utilisez pas de véritable ampli pour votre guitare. Un bon simulateur d'ampli permet de jouer et d'enregistrer en toute discrétion, tout en donnant un excellent résultat. Franchement, il devient difficile de faire la différence entre un bon simulateur d'ampli et un véritable ampli. Le simulateur reste un cran en-dessous en matière de dynamique du son, de grain, de chaleur, mais au sein d'un bon mix, la différence est ténue et si vous soignez bien vos réglages, la plupart des gens n'y verront que du feu. Autre avantage des simulateurs d'amplis : ça ne prend pas de place et on peut avoir sous la main de nombreux modèles différents sans dépenser une fortune. En revanche, pour faire un concert, rien ne vaut un bon ampli... Mais ici, le but est d'enregistrer en home studio.

Attention : je vous présente ici des simulateurs de tête d'ampli, auxquels vous devez ajouter des chargeurs d'impulsions (des simulateurs de baffles) pour reconstituer un ampli virtuel complet. Sans impulsions, le son sera plutôt agressif et peu réaliste. En fonction du baffle, du microphone et de son positionnement, les sons obtenus lors de l'enregistrement d'un véritable ampli varient grandement, et c'est aussi le cas avec les simulations. À vous de trouver les bons réglages, les bonnes impulsions. N'hésitez pas à utiliser plusieurs impulsions simultanément pour une seule guitare afin d'obtenir un son plus massif.

NB : Tous les plugins que je présente ici en téléchargement sont pour PC sous Windows mais un certain nombre de ces simulations existent aussi sur Mac. Je m'efforce de le préciser quand c'est le cas. Toutefois, le téléchargement des versions Mac devra se faire depuis le site officiel de leurs auteurs.

Chaînes audio réelles et simulées
Comment utiliser des simulateurs d'ampli dans un séquenceur ?
Réglages des démos sonores

Haut de page
Haut de page

Chaîne audio réelle
Chaîne audio réelle

Guitare => Tête d'ampli => Baffle => Enregistré via un micro => Interface audio => Séquenceur


Chaîne audio simulée

Chaîne audio simulée
Chaîne audio simulée
Guitare => Interface audio => Séquenceur, et dans le séquenceur, on a un simulateur de tête d'ampli (ici : Poulin LE456), suivi d'un chargeur d'impulsion (ici : Poulin LeCab 2) dans lequel on charge une impulsion qui simule le baffle désiré.
Haut de page

Comment utiliser les plugins de simulation d'ampli dans un séquenceur :

Chaque séquenceur étant différent, je ne peux pas vous indiquer la démarche exacte à suivre pour chacun, mais seulement vous indiquer la méthode générale. Rappel : étant utilisateur d'un PC sous Windows, les fichiers que je propose sont pour Windows, ainsi que les explications ci-dessous.

     1 - Téléchargez le fichier du plugin qui vous intéresse. Ce sont des fichiers zippés (format zip ou rar en général) qui contiennent un fichier "DLL", et parfois un mode d'emploi.

     2 - Dézippez le plugin et copiez ses fichiers dans le dossier VST de votre séquenceur. Je vous conseille de créer un répertoire pour chaque plugin.
Par exemple, si vous téléchargez le zip du X50 de TSE, copiez son contenu dans le répertoire "C:\...\VST\TSE - X50".
Personnellement, pour m'y retrouver plus facilement, je fais même "C:\...\VST\Simulateurs d'amplis\TSE Plugins\X50", comme ça tout est classé par type de plugins et par marque.

     3 - Si votre séquenceur ne le fait pas automatiquement au démarrage, utilisez sa fonction de recherche, ou d'analyse des plugins. Le séquenceur aura peut-être besoin d'être fermé puis redémarré pour reconnaître les nouveaux plugins installés sur votre système. Vérifiez dans les options que le séquenceur sache où chercher vos plugins. Il est souvent possible de choisr un ou plusieurs chemins qui pointent vers le ou les répertoires où se trouvent vos plugins.

     4 - Une fois que le plugin est bien reconnu par le séquenceur, placez-le sur la piste ou le bus que vous souhaitez. Certains plugins ne fonctionnent que s'ils sont placés sur des pistes ou des bus stéréo.

     5 - Placez d'abord un simulateur d'ampli.

     6 - Placez ensuite un simulateur de baffle, également appelé "chargeur d'impulsion" (impulse loader), comme LeCab 2 de Poulin par exemple.

     7 - Chargez dans le simulateur de baffle l'impulsion de votre choix. Les impulsions sont des fichiers audio de petite taille, que vous aurez préalablement téléchargés (ou achetés) et placés dans un répertoire de votre disque dur. Elles n'ont pas besoin de se trouver dans votre répertoire VST. Chargez donc l'impulsion de votre choix, par exemple une impulsion d'un baffle Marshall.

     8 - Si tout va bien, vous disposez maintenant d'une tête d'ampli et d'un baffle, comme un véritable ampli.

     9 - Cliquez sur le bouton "monitoring" de votre piste de guitare, celui-là même qui vous permet de vous entendre quand vous jouez. Vous devriez maintenant pouvoir profiter du son de votre ampli virtuel.

     10 - Faites vos réglages dans la fenêtre du simulateur d'ampli, montez le volume, réglez vos basses, vos médiums, vos aigus, etc. Faites de même sur les options du simulateur de baffle si besoin (coupe-haut, coupe-bas, panoramique...)

     11 - Attention à la latence. Faites en sorte qu'elle soit réglée suffisamment bas pour qu'il n'y ait pas de décalage entre le moment où vous jouez sur votre guitare et le moment où vous entendez le son dans vos enceintes ou votre casque. La latence ne nécessite d'être basse que lorsque vous jouez ou lorsque vous enregistrez (pour éviter ce décalage sonore). Une fois la ou les piste(s) enregistrée(s), quand le moment sera venu de procéder au mix, vous pourrez remonter la latence, de manière à gagner en puissance processeur. Plus la latence est basse, plus le processeur de votre ordinateur est sollicité, ce qui peut devenir problématique sur un gros projet et que votre ordinateur n'arrive plus à suivre en temps réel.

Haut de page


MESSAGES

(laisser un message)

Page de messages n° 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27



Cyril All You Bring
le 10/05/2012 à 10h31

Hey !

Je suis déjà venu te poser quelques questions il y a quelques temps, et comme tes réponses sont pertinentes, je me permets de t'en poser de nouvelles !

J'ai un enregistrement batterie enregistré en studio (en une seule piste, c'est pour une démo), donc un son brut sans aucun traitement...
Si j'enregistre mes guitares et basse à la maison via un UX2 de chez line6 et POD Farm, le son de celles-ci sera pré-traité non ?
En gros sera-t-il possible de réaliser un petit mixage et mastering correct en alliant les 2 procédés ?
Pourrais-je avoir un résultat homogène ou suis-je contraint d'enregistrer mes guitares en studio également (ce que j'aimerais éviter !) ?

* * * * * * * * * * * * * * * *

Bonjour Cyril,

Sur le principe, je ne vois pas d'empêchement à mélanger les 2 procédés : enregistrement de la batterie en studio, les instruments à la maison...

Inconvénients prévisibles :

- "L'atmosphère sonore", c'est à dire l'acoustique de la pièce où la batterie a été enregistrée, sa réverbération naturelle qui a forcément été captée par les micros (si on parle bien d'une batterie acoustique). C'est ce qui sera sans aucun doute le plus difficile à rendre cohérent avec le reste des instruments. Il va falloir faire en sorte qu'on ait l'impression que les guitares ont été enregistrées dans le même espace que la batterie en jouant avec des réverbs bien choisies. Si la batterie enregistrée en studio a un son vraiment brut, sans réverb naturelle trop audible, ce sera d'autant plus simple et tu pourras alors appliquer des réverbs batterie et guitares qui iront bien ensemble.

- Une seule piste pour la batterie. Si c'est une piste stéréo, les éléments de la batterie sont déjà positionnés dans la panoramique. Mais comme c'est une piste unique, il sera un peu plus compliqué de la mixer. Difficile par exemple d'appliquer une compression globale, puisque la compression de la grosse caisse n'est pas la même que celle de la charley par exemple. Idem pour l'égalisation : on ne traite pas de façon identique une caisse claire et une ride. Il faudra donc appliquer une compression et une égalisation "moyennes" sur la batterie dans son ensemble. À moins que la prise de son ne soit nickel, qu'il n'y ait rien à retoucher au niveau compression/égalisation. Dans ce dernier cas (idéal), il ne restera qu'à trouver une bonne réverb à appliquer, qui se marie bien avec le reste des instruments.

Dans tous les cas, il s'agit d'une démo, donc le but n'est pas de proposer un morceau parfait, prêt à passer à la radio ! L'objectif est de faire au mieux, avec les limitations inévitables, pour obtenir un morceau agréable à écouter qui donne envie d'écouter le groupe en live par exemple, parce que la prestation est convaincante.

D'autre part, le problème de cohérence ne vient pas du fait que la batterie ait été enregistrée en studio. C'est même plutôt positif car les studios ont généralement une acoustique sensiblement meilleure que d'autres lieux. Ça pourrait être plus problématique si elle avait été enregistrée dans un garage ou le salon d'un pavillon qui résonne de partout !

C'est aussi un problème qu'on peut rencontrer avec des logiciels de batterie. Les samples utilisés sont enregistrés en studio, et même s'ils sont aussi bruts que possible, il n'empêche que la prise de son est effectuée ailleurs que le reste des instruments. C'est ce que j'utilise moi comme méthode, et ça ne m'a jamais posé de problème particulier. La différence est que je traite indépendamment chaque élément de la batterie pour l'égalisation et la compression, ce qui apporte un surcroît de contrôle sur le son. Est-ce que j'obtiens pour autant un meilleur son, je n'en sais rien, mais j'ai la possibilité d'influer sur tous les éléments, et c'est ensuite mon talent (ou mon absence de talent) qui va me permettre de faire la différence entre un son pourri, un son correct, ou un son qui déchire sa maman :-)

En résumé, vas-y, fonce et fais-nous partager ton morceau quand il sera terminé (si tu le souhaites) !

Grebz



lgwn
le 08/05/2012 à 18h42

Merci pour tout, super boulot.



Malandain
le 24/04/2012 à 14h37

Bonjour,

J'ai un dr4d akai qui enregistre en 16 bits (44/48khz).
Je relie numériquement mon dr4d à ma carte son (spdif) qui est reliée a mon ordi en usb. Ma D.A.W. est Mixbus qui enregistre en 32/24/16 bits.
Pour un bon enregistrement, faut-il mieux mettre tout en 16 bits ? (dr4d + carte son + D.A.W.)
Peut-on enregistrer le 16 bits du dr4d en 24 bits carte son + D.A.W. ?
Ou 16 bits du dr4d vers 16 bits carte son et 24 bits Mixbus ?
J'ai l'impression que tout en 16 bits, c'est mieux.

Merci d'éclairer ma lanterne.

A. Malandain

* * * * * * * * * * * * * * * *

Bonjour,

Bienvenue sur mon site !

Puisque le dr4d enregistre en 16 bits, il semble logique de penser que tu ne gagneras a priori pas en qualité en réglant carte son et séquenceur sur 24 bits.

C'est vrai si tu te contentes de "transférer" les sons enregistrés avec le dr4d vers ton séquenceur sans les traiter ensuite.

En revanche, si tu fais du mix depuis Mixbus, en utilisant des effets, là il vaut mieux être en 24 bits, car les calculs effectués par le logiciel seront plus précis.

Il est très probable que la différence sera imperceptible, et travailler en 16 bits de bout en bout ne va pas dégrader le son obtenu.

Je ne pense pas que beaucoup de gens soient capables d'entendre la différence entre un traitement effectué en 16 bits et le même traitement effectué en 24 bits.

Néanmoins, la différence existe au niveau de la précision des calculs, et l'accumulation des effets sur différentes piste peut entraîner en 16 bits un risque (très faible) d'avoir quelques petites approximations qui vont se traduire par une légère dégradation du son. Encore une fois, c'est théorique, ça peut arriver, mais ça ne sera pas forcément quelque chose qui va s'entendre.

Donc si tu es pointilleux, je te conseille de régler ta carte son et ta D.A.W. sur 24 bits.

Grebz



Franck
le 02/04/2012 à 03h34

Bonjour Grebz,

J'ai vu que tu utilisais Sonar X1 Producer.
J'aimerais bien si tu veux que tu me donnes quelques truc pour ce logiciel car sur Internet, il n'y a que des vidéos anglo et je ne les comprend pas toutes.

Merci d'avance.

* * * * * * * * * * * * * * * *

Bonjour,

Pour ceux que ça intéresse, j'ai fait ce petit guide rapide pour savoir comment intégrer et utiliser un VSTi (synthé virtuel) dans Sonar X1. Ce ne sont que les bases, mais ça pourra servir à ceux qui sont perdus.

Télécharger "Synthés virtuels dans Sonar X1" (Fichier PDF de 1,20 Mo)

Grebz



Molten
le 13/03/2012 à 01h27

Merci mon ami : Excellent !!!

Haut de page