Messages  |   English version  |  


? | Page d'accueil | Logiciels et plugins | Les plugins d'effets

Site de Grebz
Site de Grebz



PLUGINS D'EFFETS

Pour obtenir différents effets sonores, modifier et peaufiner le son, il faut faire appel à des plugins d'effet. Il existe plusieurs formats de fichiers pour ces plugins, le plus répandu sur PC étant le format VST (inventé et standardisé par la marque Steinberg, éditrice du séquenceur Cubase). Il existe une multitude d'effets, du plus généraliste au plus spécialisé. Voici une présentation de quelques-uns d'entre eux...

Compresseur et Limiteur
Égaliseur
Reverb et Delay
Chorus, Flanger, Phaser
Autres VST

Haut de page

COMPRESSEUR ET LIMITEUR

La compression sert à réduire ou densifier la dynamique du son (la dynamique est l'écart entre le niveau le plus faible et le niveau le plus élevé d'un son).

Par exemple, lorsque vous regardez un film à la télévision, que l'acteur chuchote ou qu'il parle à un volume normal, vous allez l'entendre grosso modo au même volume : le son est compressé afin d'éviter les écarts trop importants entre les sons les plus faibles et les sons les plus élevés.

À utiliser avec une certaine modération pour éviter des effets désagréables : un son trop compressé donnera l'impression de "pomper", parce que le compresseur va passer son temps à compenser les différences de volume du signal. Certains instruments supportent la compression mieux que d'autres et celle-ci va être utilisée différemment selon le résultat souhaité, ou le style musical.

La musique Dance va utiliser la compression beaucoup plus que la musique classique par exemple. En musique classique, il est fréquent que des passages très doux, très calmes alternent abruptement avec des passages violents, mais cela est voulu pour créer des contrastes saisissants. En musique moderne, un son compressé (avec une compression maîtrisée) est souvent plus flatteur à l'oreille, plus attirant. Le but de la compression est aussi de sonner aussi fort que les autres morceaux de musique, ce qui amène à de nombreux abus, dommageable à la musique... et aux oreilles.

Compresseur à télécharger

Classic compressor (classic_compressor_v117.zip, 357 Ko) de Kjaerhus Audio : un compresseur simple qui comporte tout ce que doit comporter un compresseur. Un bouton de seuil (Threshold) qui définit le volume à partir duquel le compresseur agit, un bouton de Ratio allant de 1:1 (compression nulle) à 'infini' (à ce niveau, le compresseur devient un limiteur), un bouton de pente (knee) pour savoir si la compression se fait brutalement au niveau du seuil choisi ou plus en douceur, un bouton d'attaque (Attack) pour définir avec quelle rapidité la compression se met en route une fois le seuil atteint, un bouton de relâchement (Release) pour définir au bout de combien de temps la compression s'arrête une fois que le son repasse en-dessous du seuil défini, et un bouton de niveau (Level) qui permet de définir le gain souhaité pour compenser la perte de volume due à la compression. Plus on compresse, plus le volume perçu diminue par rapport au son avant compression, et on rattrape le volume perdu grâce à ce bouton, mais le son obtenu au final semblera plus fort que le son d'origine à volume égal.

Kjaerhus Audio Classic compressor
Un limiteur est une autre sorte de compresseur dont le but est légèrement différent. On reste dans la logique de booster le signal sonore, mais cette fois-ci, il s'agit de limiter le volume à un plafond que l'on va définir. On peut décider que tel ou tel instrument ne dépassera jamais un volume sonore donné, quoi qu'il arrive. Cela peut aussi s'appliquer sur une chanson entière : on décide que son volume final sera limité au niveau que l'on va définir, sans jamais dépasser ce niveau.

Pour cela, on définit un seuil (un volume minimum) à partir duquel on décide de booster le son, et on définit son volume maximum. Comme pour la compression, plus le seuil est bas, plus le son sera compressé au point de risquer d'en devenir désagréable à l'écoute. On va donc chercher quel seuil permet de faire en sorte que la musique soit pêchue, sans en dénaturer le son.

Limiteurs à télécharger

Classic master limiter (classic_master-limiter_v106.zip, 357 Ko) de Kjaerhus Audio : Un seul bouton de seuil (Threshold) qui définit le niveau à partir duquel la compression va agir. En revanche, il n'y a pas de bouton de plafond, celui-ci étant donc défini par le volume auquel on aura réglé la piste sur lequel se trouve ce limiteur. Pour avoir un contrôle du plafond, essayez le plugin W1 ci-dessous.

Kjaerhus Audio Classic master limiter


W1 Limiter (w1limiter.zip, 162 Ko) de George Yohng, sans interface graphique : c'est un clone gratuit du limiteur payant L1 Ultramaximizer de la marque Waves. Très simple à utiliser, on définit un seuil (bouton Thresh) et un plafond (bouton Ceiling), un temps de relâchement (Release) plus ou moins long.

À noter que le fichier zip contient les versions 32 et 64 bits. Il existe une version avec interface (montrée ci-dessous et disponible sur cette page), mais elle a tendance à faire planter très souvent les logiciels que j'utilise (comme le séquenceur Sonar, ou le logiciel de montage vidéo Vegas). J'ai donc fini par la désinstaller pour ne garder que la version sans interface, d'une stabilité exemplaire.

Site web officiel du développeur de ce limiteur : ici.

W1 limiter     W1 limiter     W1 limiter
Version avec interface graphique, puis sans interface tel qu'il apparaît dans Sony Vegas Pro 12, puis dans Sonar Producer.

Haut de page

ÉGALISEUR

Un égaliseur, ou EQ (abréviation de l'anglais "equalizer"), est un outil qui sert à augmenter ou diminuer le volume sonore de certaines bandes de fréquences d'un son.

En gros, c'est comme un bouton de volume, mais au lieu de jouer sur le volume de tout un morceau, vous choisissez de ne baisser ou augmenter le volume que des fréquences de votre choix. Comme sur un ampli de chaîne hifi par exemple : vous y trouvez des boutons "grave", "médium" et "aigu". C'est un EQ simple. Vous choisissez grâce à ces boutons de mettre plus ou moins de grave, de médium ou d'aigu.

Un EQ graphique propose un certain nombre de bandes à fréquences fixes, tandis que les EQ paramétriques proposent un certain nombre de bandes dont on peut modifier les fréquences et leur largeur (à quel point on affecte les fréquences voisines de la fréquence choisie). Les égaliseurs paramétriques autorisent donc plus de précision, mais en contrepartie, ils sont plus complexes à utiliser.
Cockos ReaEQ
(reaplugs21-install.zip, 771 Ko - Ce fichier contient un installeur qui comprend plusieurs plugins)

Égaliseur paramétrique multi-bandes. On peut ajouter autant de bandes qu'on le souhaite. J'ai essayé d'en trouver la limite, mais je me suis arrêté à 275 bandes, par lassitude de cliquer pour continuer ! Inutile de dire que ça ne sert à rien d'en avoir autant, mais pour ceux qui trouvent pratique d'avoir 10, 12 ou 20 bandes, sachez que c'est possible.

Cockos ReaEQ 0.75
Kjaerhus Audio Classic EQ
(classic_eq_v104.zip, 387 Ko)

Voici un égaliseur graphique à 7 bandes de Kjaerhus Audio. On peut régler indépendamment les canaux droite et gauche ou bien les lier.
Les bandes de fréquence sont 20 Hz, 63 Hz, 200 Hz, 630 Hz, 2 KHz, 6.3 KHz et 20 KHz. Cet EQ est très efficace et les changements apportés sont clairement audibles. On peut régler chaque bande de fréquence par pas de 1 dB, de -10 dB à +10 dB.
Bien qu'assez ancien (il date de 2005), il s'avère toujours un excellent choix parmi les EQ gratuits et peut servir aussi bien à une piste individuelle qu'à un mix entier pour du mastering.

Kjaerhus Audio Classic EQ

Haut de page

RÉVERBÉRATION ET DELAY

La réverbération ("réverb") est un effet visant à reproduire l'ambiance d'un lieu de façon à donner une certaine présence à un son. On peut reproduire des espaces de plus ou moins grande taille et bien entendu, la réverbération sera très différente selon que vous cherchiez à reproduire l'ambiance d'une cathédrale ou celle d'une salle de bain.

Le delay (ce qui signifie "délai" ou "retard") agit comme un écho. Le son se répète à intervalles réguliers et s'atténue progressivement. Avec un delay, on peut régler le nombre de répétitions, l'espacement entre deux répétitions et la durée de l'atténuation. En général, on cale les répétitions sur le tempo, que ce soit sur le temps ou à contretemps.
On peut utiliser le delay en lieu et place de la réverbération dans le cas où l'on souhaite enrichir le son sans trop alourdir le mix, surtout si celui-ci est déjà chargé. En gros, là où la réverb produit un son continu, le delay se répète à intervalles réguliers et se révèle donc moins envahissant.
Classic Reverb de Kjaerhus Audio : ce petit plugin, sans être la meilleure réverb du monde, donne des résultats vraiment sympas. (classic_reverb_v106.zip, 367 Ko)

Kjaerhus Audio Classic reverb

Classic Delay de Kjaerhus Audio (classic_delay_v103.zip, 390 Ko)

Kjaerhus Audio Classic delay

Chargeur d'impulsion Sir Audio Tools SIR Convolution 1 (sir_1011.zip, 353 Ko)

Ce plugin gratuit utilise la convolution. Qu'est-ce que la convolution ? Dans le domaine du traitement du signal audio, la convolution est un procédé qui simule la réverbération d'un lieu réel ou imaginaire. Elle se base sur l'opération mathématique de convolution et utilise des échantillons sonores appelés impulsions. SIR est donc un chargeur d'impulsion.

On peut utiliser des impulsions pré-enregistrées (voir ci-dessous) ou bien les créer soi-même.

Dans SIR 1, vous chargez l'impulsion de votre choix, vous l'appliquez à la piste que vous voulez dans le séquenceur (sur la guitare, la basse, le chant, la batterie, le piano...) et vous obtiendrez ainsi le son de votre instrument qui donnera l'impression de jouer dans le lieu simulé. La réverbération obtenue sera plus ou moins crédible selon la qualité de l'impulsion, mais ça peut donner de très bons résultats.

Il est aussi possible de s'en servir avec des impulsions d'enceintes d'ampli pour guitare ou basse, ce qui en fait donc une enceinte virtuelle, à utiliser en complément d'un simulateur de tête d'ampli.

Vous pouvez utiliser n'importe quel fichier de son comme impulsion, ce qui donnera des résultats parfois surprenants. À vous d'expérimenter, mais attention de ne pas utiliser comme impulsion des fichiers audio trop gros, car plus le fichier est long, plus le calcul de réverbération sera complexe, et la consommation processeur va monter en flèche. Des sons de quelques secondes suffisent.

Sir Audio Tools Sir Convolution 1

Impulsions à télécharger

Plus de 160 impulsions de différents types de lieux, réels ou virtuels à utiliser dans un chargeur d'impulsions comme SIR :
Impulsions pour réverb (reverb_impulses.zip, 36,9 Mo)

Haut de page

CHORUS, FLANGER, PHASER

Le chorus est un effet obtenu en additionnant au signal d'origine un même signal légèrement retardé avec une légère variation de fréquence. Il permet d'obtenir un son plus épais et plus ample.

Chorus Kjaerhus Audio Classic Chorus (classic_chorus_v128.zip, 364 Ko)

Kjaerhus Audio Classic chorus

Le flanger est un effet sonore obtenu en additionnant au signal d'origine ce même signal mais légèrement désaccordé en fréquence, ce désaccord variant périodiquement à une fréquence très faible (quelques hertz).

Flanger Kjaerhus Audio Classic Flanger (classic_flanger_v109.zip, 362 Ko)

Kjaerhus Audio Classic flanger

Le phaser est obtenu en filtrant un signal qui crée une série de hauts et de bas dans le spectre des fréquences. La position des hauts et des bas est généralement modulée pour varier dans le temps, ce qui donne un effet de souffle. Le phaser possède généralement un oscillateur de basses fréquences qui fait balayer le filtre d'égalisation sur le spectre sonore.

Kjaerhus Audio Classic Phaser (classic_phaser_v103.zip, 369 Ko)

Kjaerhus Audio Classic phaser

Haut de page

AUTRES VST

Voici des VST qui produisent des effets moins classiques, mais également des VST qui sont des outils bien pratiques, comme un accordeur de guitare ou un analyseur de spectre.
GTune : Un accordeur chromatique pour guitare et basse, gratuit et très pratique (GTune.zip, 197 Ko)

GTune
TT Dynamic Range Meter : Un outil qui permet de mesurer la dynamique d'une piste, ou d'un morceau entier (ttdrm.zip, 157 Ko)

TT Dynamic Range Meter
SPAN de Voxengo : Un bon analyseur de spectre gratuit, à télécharger directement chez l'éditeur Voxengo.

Voxengo Span
Classic Auto-Filter de Kjaerhus Audio : Modélisation d'un filtre analogique permettant de créer des effets inhabituels (classic_auto-filter_v101.zip, 381 Ko)

Kjaerhus Audio Classic auto-filter

Haut de page


MESSAGES

(laisser un message)

Page de messages n° 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27



LaurentB
le 24/12/2010 à 11h41

Bonjour,

J'essaie Sonar X1 depuis quelques jours et je le trouve super, sauf un problème que je n'arrive pas à résoudre : voir mes plugins VST !

J'ai bien entendu précisé le chemin de mes plugins (program files\vstplugins)et la quasi-totalité de mes VST n'est pas visible quand je veux affecter un effet audio à une piste.

J'ai pourtant l'habitude de faire fonctionner des VST dans FL Studio ou Reaper.
Le plus bizarre, c'est que mis à part un ou deux rejetés, Sonar semble les voir lors du scan : je ne comprends pas.

Si vous pouvez m'aider, ça serait sympa.

Merci pour votre site et les impulsions d'ampli à télécharger.

* * * * * * * * * * * * * * * *

Si vous utilisez un Sonar 64 bits sur un Windows 64 bits également, il ne faut pas oublier que Windows gère 2 dossiers Program Files différents. Le premier s'appelle "Program Files (x86)" et contient tous les programmes 32 bits. Le second s'appelle "Programmes" (dans la version française, et "Program Files" dans la version anglaise) et contient tous les programmes 64 bits.

Il est tout à fait possible de placer manuellement ses plugins dans l'un ou l'autre des répertoires, mais bien entendu, il faut indiquer à Sonar d'aller chercher dans les deux.

Dans mon cas, mes VST 32 bits sont dans ce répertoire-là :
C:\Program Files (x86)\Cakewalk\Vstplugins
Et mes VST 64 bits sont là :
C:\Programmes\Cakewalk\Vstplugins

Certains VST sont fournis avec un programme d'installation. Il ne faut pas simplement les placer manuellement dans le bon répertoire VST, ils vont s'installer eux-mêmes dans un répertoire spécifique, à moins bien sûr de choisir le répertoire VST lors de l'installation.

Par exemple, le simulateur d'ampli TH1 de Overloud s'installe par défaut dans le répertoire C:\Programmes\Overloud
Il n'est donc pas dans un répertoire VST. Pour que Sonar le voit (j'imagine que c'est pareil dans un autre séquenceur), il faut ajouter ce chemin dans le gestionnaire de plugins de Sonar, sinon il sera introuvable dans la liste des VST disponibles.

Grebz



Beber
le 21/12/2010 à 14h57

Salut,
J'ai vu que tu possèdes une I/O2. Je voudrais pouvoir utiliser la mienne sans PC en la branchant sur secteur via un transfo USB (objectif : jouer au casque avec mon RP 500 DIGITECH).
Mon multi-effet possède déjà une sortie casque mais le signal est trop faible, j'ai donc besoin de sortir sur l'I/O2 avec mes XLR puis d'utiliser la prise casque de l'I/O2.
PS : joli site et beau matos !!!



bibize
le 15/12/2010 à 15h59

Bonjour,

Concernant le mixage, je ne comprends pas l'intéret de créer un bus "Brut" qui joue la guitare sans effets.

* * * * * * * * * * * * * * * *

Pour une guitare électrique, ça n'a effectivement pas vraiment d'intérêt et je n'utilise plus ce bus. Je l'ai récemment supprimé de mon modèle de projet.
En revanche, pour une guitare acoustique, c'est beaucoup plus intéressant bien entendu.

Grebz



Jukap
le 28/11/2010 à 00h00

Pour la fréquence d'échantillonnage, c'est relativement inaudible entre 44 et 88 pour un enregistrement (sauf peut-être conditions de chaîne audio parfaite), par contre cela devient TRÈS intéressant dès qu'il existe un TRAITEMENT DU SON DANS LE DAW : EQ, comp, simus, réverbes, etc... On gagne très rapidement en définition et profondeur lorsqu'on augmente la fréquence d'échantillonnage et là pour le coup, le 96 prend son sens (par contre, ça met vite à genoux le processeur...).



Jack
le 27/11/2010 à 23h32

C'est quoi que tu appelles Bus ?

* * * * * * * * * * * * * * * *

Un bus se présente visuellement comme une piste, mais au contraire d'une piste, le bus ne contient aucune donnée (pas d'audio, ni de données MIDI). En revanche, tu peux y appliquer des effets et agir sur de nombreux paramètres (volume, panoramique, données d'automation...). Ils servent souvent à regrouper les données venant d'autres bus ou de plusieurs pistes en un seul endroit afin de pouvoir contrôler d'un bloc plusieurs pistes par exemple (passer en Muet toutes guitares d'un coup, ou ne mettre en Solo que les synthés, etc.)

Exemple d'utilisation d'un bus : tu crées 3 pistes de guitares, et tu souhaites leur appliquer un traitement commun, comme par exemple la même réverb.
Au lieu de mettre 3 fois la même réverb sur les 3 pistes de guitares, tu crées un bus, tu indiques à tes 3 pistes de pointer vers ce bus et tu appliques l'effet réverb sur le bus.
Résultat : tes 3 guitares auront la même réverb, mais tu n'auras utilisé qu'un seul plugin. Avantages : moins d'utilisation processeur avec une seule réverb qu'avec trois, et si tu souhaites modifier la réverb, tu n'as pas besoin de le faire 3 fois.

Autre exemple : tu souhaites appliquer des effets différents à une guitare présente sur une piste. Au lieu de créer plusieurs pistes, tu crées plusieurs bus, tu fais pointer ta piste vers chacun de ces bus, et sur chacun d'entre eux, tu places des effets différents (des simulateurs d'ampli différents, des panoramiques différents, des pédales d'effets différentes, des EQ différents, des volumes différents, etc...)
Au final, en n'ayant enregistré qu'une seule piste de guitare, tu pourras donner une grande richesse sonore à cette unique piste, tu pourras donner l'impression qu'il y a plusieurs guitares...

Grebz

Haut de page