English version

? | Page d'accueil | Plus | Jeux vidéo | Commodore Amiga

Site de Grebz
Site de Grebz



COMMODORE AMIGA


Commodore Amiga


Quelques jeux sur Amiga
Apidya - Arkanoid - Battle Squadron - Defender of the Crown - Gee Bee Air Rally - Silkworm

Musiques
Téléchargements
Présentation
Messages

APIDYA

Apidya est un shoot'em up à scrolling horizontal développé par les Allemands de Kaiko et sorti en 1992. Ce jeu se distingue par son univers original : au lieu des traditionnels vaisseaux spatiaux rencontrés dans la plupart des jeux du genre, le joueur dirige ici une abeille. Les ennemis sont des animaux, comme des mouches, des sauterelles, des araignées, des escargots, des taupes, des poissons... L'abeille contrôlée par le joueur peut récupérer des power-ups (en forme de fleur) sur les adversaires tués afin d'augmenter sa puissance de tir.

Apidya Amiga    Apidya Amiga

Apidya Amiga    Apidya Amiga

Les deux premiers niveaux se déroulent dans la nature (prairie, étang), puis on poursuit dans les égouts où l'on rencontre des produits toxiques et des ennemis mutants. Le quatrième niveau se déroule dans une espèce de milieu bio-mécanique avec des ennemis bizarroïdes. Dans le cinquième et dernier niveau, le joueur est confronté à plusieurs boss de fin. Il existe également un niveau caché auquel on peut accéder depuis le quatrième niveau, une sorte de tunnel dans lequel l'abeille doit éviter les obstacles (sol, plafond, plates-formes), alors même que le scrolling défile de plus en plus rapidement. Il s'agit simplement d'y rester en vie le plus longtemps possible.

Apidya Amiga    Apidya Amiga

Apidya Amiga    Apidya Amiga

Graphiquement, le jeu est très beau, le scrolling est parfaitement fluide, les ennemis sont variés, nombreux et originaux. L'action est intense et le jeu pas franchement facile. Il vaut mieux s'entraîner pour espérer arriver au bout, mais il n'est pas infaisable. Les nombreuses musiques du jeu ont été composées par Chris Hülsbeck, un musicien allemand qui a également composé les superbes musiques de Turrican ou The Great Giana Sisters. La musique d'Apidya est géniale. On passe de mélodies rapides mais plutôt enjouées dans les premiers niveaux à des sonorités techno beaucoup plus agressives dans les derniers niveaux.

Apidya Amiga    Apidya Amiga

Apidya Amiga    Apidya Amiga

Difficile de passer à côté d'Apidya si on est amateur de shoot'em up, ne serait-ce que pour avoir le plaisir d'incarner une abeille ! Le jeu est vraiment bon et c'est un excellent défouloir, à essayer avec une bonne manette en mains. Sus aux sauterelles !

Vidéo d'Apidya



ARKANOID

Arkanoid est à l'origine un jeu d'arcade de Taito, sorti en 1986. Adapté sur quasiment tous les supports, ce casse-briques a relancé le genre, tombé en désuétude depuis longtemps. Il s'inspire directement de l'ancêtre Breakout d'Atari, sorti en 1976, mais en lui apportant des améliorations qui le rendent plus attrayant et plus conforme aux exigences de l'époque.

Arkanoid Amiga

Premier apport visible, la couleur. Le jeu est très coloré et les graphismes sont clairs et agréables. Si le principe de jeu est identique à celui de Breakout - détruire les briques à l'écran à l'aide d'une bille renvoyée par la raquette qui est contrôlée par le joueur - on trouve ici 3 types de briques : les briques colorées sont détruites en un coup. Les briques grises sont détruites en 2 coups ou plus selon les niveaux. Les briques dorées sont indestructibles.

Arkanoid Amiga

Certaines briques une fois détruites libèrent des capsules que le joueur peut récupérer avec sa raquette. Ces capsules apportent des bonus ou des malus : ralentissement de la bille, augmentation de la taille de la raquette, tir laser, porte d'accès au niveau suivant, vie supplémentaire, multiplication des billes, bille qui colle à la raquette, etc.
Autre nouveauté, des ennemis de diverses formes entrent dans les niveaux par les trappes situées en haut de l'écran et se promènent à l'écran. La bille peut les toucher et les détruire, mais elle est déviée de façon aléatoire au moindre contact avec un ennemi, la rendant difficile à rattraper.

Arkanoid Amiga

Enfin, le jeu comporte une trentaine de niveaux différents de difficultés variées, où les briques sont chaque fois disposées de manières diverses. Le dernier niveau est un boss de fin à détruire en le touchant un certain nombre de fois avec la bille.

Arkanoid Amiga

L'adaptation sur Amiga est une merveille. Identique à la version arcade, la seule différence vient du mode de contrôle. En arcade, la raquette était dirigée grâce à une molette extrêmement réactive et bien adaptée à ce type de jeu. Sur Amiga, c'est à la souris qu'on contrôle sa raquette, ce qui est tout aussi efficace et précis. Graphisme, musiques, bruitages, maniabilité... tout est parfait. Le type même de jeu stressant où l'on perd souvent, mais qu'on n'a pas envie de lâcher tant qu'on n'a pas terminé ! Un grand classique du jeu vidéo !

Arkanoid Amiga    Arkanoid Amiga

Vidéo d'Arkanoid



BATTLE SQUADRON

Ce jeu est sans doute l'un des meilleurs shoot'em up de l'Amiga. Techniquement, c'est une tuerie : graphismes fins et colorés en plein écran, animation parfaite, sans aucun ralentissement quel que soit le nombre d'ennemis présents à l'écran, scrolling vertical et latéral, ennemis invisibles qu'on ne voit que parce qu'ils déforment le sol qu'ils survolent, musique géniale... Bref, une grande réussite !
Le jeu n'est pas très difficile et un bon joueur en viendra facilement à bout, mais sa réalisation exceptionnelle fait qu'on a envie d'y rejouer souvent.
Ce jeu est parfaitement émulé sous WinUAE.

Battle Squadron Amiga Battle Squadron Amiga
Battle Squadron Amiga Battle Squadron Amiga
Battle Squadron Amiga

Vidéo de Battle Squadron




Les musiques de Battle Squadron

Les musiques sont très réussies, très travaillées. Un régal qui vous accueille dès le début du jeu, alors que s'affiche le superbe graphisme d'introduction, et qui vous accompagne ensuite pendant tout le jeu, et même sur le tableau des meilleurs scores.




DEFENDER OF THE CROWN

Voici le jeu qui a sans aucun doute mis une grosse claque à tout le monde à sa sortie, le jeu qui a démontré de manière éclatante que l'Amiga était LA machine qui allait éclater toutes les autres. C'est en feuilletant le magazine Tilt de mars 1987 que je l'ai découvert. J'avais encore mon Commodore 64 à l'époque, qui m'a soudain paru vieux et dépassé. Mais j'ai encore dû attendre jusqu'en décembre 1988 pour pouvoir enfin acheter un Amiga et goûter aux joies de Defender of the Crown

Defender of the Crown Amiga Defender of the Crown Amiga

Ce jeu était exceptionnel à plus d'un titre. Graphiquement, c'était un rêve, on n'avait encore jamais vu de tels écrans. La mise en scène était soignée, tout était présenté à la manière d'un film, avec son écran titre, son générique, sa musique aux sonorités médiévales, le soin apporté aux détails, les écrans de chargement magnifiques, des histoires de conquête, de sauvetage de princesse (qui cèdera à vos avances si vous la sauvez), ses attaques de château-fort, ses combats à l'épée et même un tournoi à cheval.

Defender of the Crown Amiga Defender of the Crown Amiga

Cette débauche de moyens - du jamais vu à l'époque - en a fait baver plus d'un. L'éditeur Cinemaware, qui portait bien son nom, a sorti par la suite toute une série de jeux utilisant cette même recette de scènes soignées et variées qui s'enchaînent pour dévoiler une histoire complète.

Defender of the Crown Amiga Defender of the Crown Amiga

Le revers de la médaille, c'est qu'avec le recul, le jeu est malgré tout très statique, l'action se limite surtout à cliquer au bon endroit au bon moment, ou à effectuer quelques actions simplistes qui déclenchent des cinématiques (même si on est très loin de nos cinématiques actuelles), le tout avec un facteur chance qui s'avère parfois très frustrant. Je n'ai jamais compris comment gagner un tournoi, je n'ai jamais compris pourquoi certains affrontements d'armées se soldaient par un échec alors que j'étais en supériorité numérique, ou inversement, je n'ai jamais compris pourquoi les concurrents dirigés par l'ordinateur se retrouvaient à la tête d'une armée dix fois supérieure en nombre à la mienne alors que nous disposions du même nombre de territoires et donc théoriquement du même revenu mensuel... L'ordinateur trichait, je ne vois pas d'autre solution. Difficile de gagner dans ces conditions, et même si certaines parties se terminaient par une victoire, celle-ci me paraissait plutôt due à la chance.

Defender of the Crown Amiga Defender of the Crown Amiga

Defender of the Crown reste un jeu marquant de cette époque, mais ce n'est clairement pas le jeu le plus intéressant et le plus addictif de l'Amiga. Un très bon souvenir quand même, ne serait-ce que parce qu'il a fait fantasmer des millions de joueurs et qu'il a mis en lumière le potentiel de l'Amiga.

Defender of the Crown Amiga Defender of the Crown Amiga
Defender of the Crown Amiga

Vidéo de Defender of the Crown

GEE BEE AIR RALLY

Gee Bee Air Rally est un jeu d'Activision sorti en 1987. C'est un des premiers jeux sortis sur Amiga, et on sent que la machine est encore loin d'être exploitée. Gee Bee Air Rally n'est pas moche, mais on sait que l'Amiga peut faire mieux. La musique d'introduction est très sympa, mais c'est la seule musique du jeu, qu'on retrouve à plusieurs moments, et elle est interrompue au moindre chargement. Pas de son, pas de musique ni de graphisme pour faire patienter le joueur alors que l'Amiga a démontré qu'il en était capable. De plus, on sent encore une approche 8 bits dans le gameplay. Le jeu est plutôt répétitif, une fois que vous avez fait un niveau, vous avez pour ainsi dire tout vu. Seule la difficulté augmente petit à petit, mais aucun nouveau challenge n'est proposé. En revanche, l'habillage est très sympa, avec quelques planches graphiques malheureusement très statiques qui marquent différents moments du jeu. Malgré tous ces défauts, le jeu lui-même reste sympathique, mais on n'y passera pas des heures. On peut toutefois tenter de battre son record si l'aspect répétitif n'est pas un obstacle.

Gee Bee Air Rally Amiga    Gee Bee Air Rally Amiga

Gee Bee Air Rally Amiga    Gee Bee Air Rally Amiga

Gee Bee Air Rally est une course d'avions typée arcade, basée sur le modèle d'une course de voiture auquel s'ajoute évidemment la possibilité de monter et descendre. Le joueur dirige un vieil avion à hélice monoplan sur de petits parcours balisés. Il suffit donc de suivre le chemin tracé en suivant les virages sans sortir du parcours (on ne peut pas s'en éloigner beaucoup de toute façon). On contrôle sa vitesse en prenant de l'altitude, ce qui fait ralentir, puis en plongeant vers le sol (il est impossible de s'écraser) pour accélérer. Le but est de parvenir à la ligne d'arrivée avant la fin du temps imparti.

Gee Bee Air Rally Amiga    Gee Bee Air Rally Amiga

Gee Bee Air Rally Amiga    Gee Bee Air Rally Amiga

Le jeu propose 3 niveaux de difficulté. Plus le niveau est élevé, plus le temps imparti à chaque course est court. De plus, l'avion braque moins facilement dans les niveaux élevés, ce qui oblige à ralentir dans les virages serrés pour ne pas sortir du chemin balisé.
Chaque niveau est constitué de 3 courses et se conclut par une course spéciale. Il en existe de deux sortes. Dans la première course spéciale, le but est de voler en rase-motte pour faire éclater des ballons de baudruche rouges attachés au sol avec une corde. Il faut donc orienter l'avion de façon à toucher les ballons, tout en évitant les quelques pancartes qui traînent. Vous devez éclater un certain nombre de ballons et le temps est limité. En cas d'échec, vous devez recommencer. La deuxième course spéciale consiste à zigzaguer entre des balises rouges et bleues. Ces deux épreuves ne sont pas passionnantes, mais elles changent un peu de la simple course.

Gee Bee Air Rally Amiga    Gee Bee Air Rally Amiga

Gee Bee Air Rally Amiga    Gee Bee Air Rally Amiga

Gee Bee Air Rally présente une ambiance sympathique, puisque le jeu se situe clairement dans les années 20. Il existe une sorte de mini-scénario où votre personnage pilote va gagner l'amour d'une jeune femme au fil de ses victoires et finira par l'épouser. Cela est symbolisé par une série d'écrans fixes qui évoluent lors des 4 premiers niveaux. Vous recevez d'abord un simple trophée, puis lors des niveaux suivants, vous êtes photographié par la presse, avant d'embrasser puis d'épouser la jeune femme. Le jeu continue ensuite, mais cette belle histoire ne se développe pas plus avant.

Au final, Gee Bee Air Rally est un jeu très, voire trop simple qui manque cruellement de variété, mais il est très maniable lors des courses, présente de beaux graphismes fixes pour les victoires ou les échecs et fait agréablement passer le temps sur une courte durée. Simplement un bon petit jeu sans grande ambition, mais qui me rappelle de bons souvenirs puisque c'est l'un des premiers que j'ai découverts sur Amiga.

Gee Bee Air Rally Amiga    Gee Bee Air Rally Amiga

Gee Bee Air Rally Amiga    Gee Bee Air Rally Amiga

Vidéo de Gee Bee Air Rally

SILKWORM

Silkworm est un jeu d'arcade de Tecmo lancé en 1988, puis adapté en 1989 sur Amiga (et d'autres plates-formes) par The Sales Curve. C'est un shoot'em up à scrolling horizontal pour un ou deux joueurs, dans lequel les joueurs contrôlent soit un hélicoptère, soit une jeep.

Silkworm Amiga

La version Amiga du jeu est excellente. La difficulté est progressive, les premiers niveaux sont assez tranquilles mais les choses deviennent rapidement épiques. Le nombre d'ennemis ou de tirs et missiles ennemis à l'écran est par moments très impressionnant et on se demande souvent comment on va s'en sortir.

Silkworm Amiga

Le jeu comporte 11 niveaux, les ennemis sont assez variés, on gagne des armes de plus en plus puissantes lorsqu'on réussit à détruire certains ennemis, on peut récupérer des boucliers protecteurs en visant certaines cibles au sol et même faire exploser tous les ennemis présents à l'écran en combinant deux boucliers. Chaque niveau se termine devant un boss de fin, soit un hélicoptère géant, soit un char d'assaut géant, en alternance un niveau sur deux. Dommage qu'il n'y ait pas plus de variétés à ce niveau-là.

Silkworm Amiga

L'action est frénétique, intense. Silkworm ne laisse pas souvent au joueur le temps de souffler, mais ce n'est pas non plus un jeu impossible à terminer. Il faut de l'entraînement, de la persévérance, mais on sent toujours qu'on peut y arriver, même si ce n'est pas toujours du premier coup.

Silkworm Amiga

Techniquement, le jeu est assez sympa. Ce n'est pas une claque visuelle, mais les graphismes sont assez fins et les bruitages intenses sans être trop fatigants. La musique d'intro est assez réussie, mais n'est pas un chef d'oeuvre, ni pas ses sonorités, ni par son thème. Pas désagréable néanmoins. En cours de jeu, il y a des ralentissements et saccades lorsque trop d'ennemis sont présents simultanément à l'écran. J'aurais préféré qu'il n'y en ait pas du tout, mais ça ne gâche pas le plaisir de jouer et ce n'est pas trop fréquent.

Silkworm Amiga

La maniabilité est excellente, la prise en main est immédiate, l'hélico réagit parfaitement aux sollicitations du joueur et le jeu est un excellent défouloir. La jeep n'a pas grand intérêt pour le jeu en solo car ses déplacements sont forcément limités par rapport à l'hélicoptère (même si elle peut sauter par dessus les obstacles au sol... sans doute une technologie secrète : les jeeps sauteuses !). Malheureusement, elle est obligatoire quand on joue à deux. Silkworm est un jeu que je recommande à tous les amateurs de jeu d'action rapide et sans prise de tête.

Silkworm Amiga    Silkworm Amiga

Silkworm Amiga

Vidéo de Silkworm



MUSIQUES DES JEUX




TÉLÉCHARGEMENT

Je vous donne ici la possibilité de télécharger le meilleur émulateur Amiga qui existe pour PC : WinUAE (Windows Ultimate Amiga Emulator). C'est le plus complet, sans doute aussi le plus connu, même s'il n'est pas forcément très simple à utiliser. On trouve toutefois assez facilement des aides sur Internet. J'ai mis plus bas un fichier explicatif de base à télécharger.

WinUAE 2.3

Quelques jeux sont inclus dans le fichier zip : Apidya, Arkanoid, Battle Squadron, Defender of the Crown, Gee Bee Air Rally, Great Giana Sisters, Katakis, Pacmania, Pushover, Silkworm, Swiv, Superfrog, Xenon, Xenon 2.
Si un ayant-droit éventuel estime que ces fichiers ne doivent pas pouvoir être téléchargés et redécouverts de nos jours, n'hésitez pas à me le dire et je supprimerai aussitôt de mon site la possibilité de télécharger le(s) jeu(x) incriminé(s).

Émulateur Amiga pour PC : WinUAE v2.6.1 (15,7 Mo)

Ce fichier d'aide contient le Kickstart 1.3 pour l'Amiga 500, un fichier de configuration d'Amiga 500 et un petit fichier texte d'aide rapide pour savoir lancer simplement un programme, sans rentrer dans les détails de l'émulateur WinUAE : Aide (288 Ko)

L'AMIGA, ROI DES MICRO-ORDINATEURS LUDIQUES

Après avoir passé trois ans et demi sur Commodore 64, j'ai dû me rendre à l'évidence : il était désormais dépassé. Je l'avais acheté en 1985 et en 1988, le marché avait basculé des 8 aux 16 bits. Les Commodore 64/128, Amstrad CPC, Atari XL/XE et autres Spectrum et Thomson avaient laissé la place au tout-puissant Atari ST, qui allait lui-même bientôt céder son leadership à son grand ennemi : l'Amiga de Commodore.

Après l'affrontement Commodore 64 contre Amstrad CPC, une nouvelle guerre commençait. Venant de Commodore, j'ai très vite choisi mon camp : celui du successeur de mon chouchou était forcément l'élu, avec ses caractéristiques techniques supérieures à son concurrent.

Commodore Amiga 500

Pour rester objectif, je dirais que l'Atari ST et l'Amiga se valaient grosso modo même si, sur le papier, l'Amiga dominait. Avantage aux graphismes, meilleurs sons, meilleures capacités d'animation pour l'Amiga. Prix plus faible, prise MIDI intégrée, ancienneté pesaient du côté de l'Atari ST.

Celui-ci avait presque deux ans d'avance sur l'Amiga 500 (le modèle qui a permis à Commodore d'imposer cet ordinateur), il disposait donc déjà d'une bonne quantité de logiciels lorsque l'Amiga 500 est apparu en 1987. Il coûtait environ 1500 F (environ 230 euros) de moins, ce qui était loin d'être négligeable, et c'était une bonne machine. De plus, le nom d'Atari représentait encore à l'époque un gage de qualité.

Il disposait en outre de sa réputation de "Jackintosh", c'est à dire le "Macintosh de Jack" (Jack Tramiel, le président d'Atari à cette époque), un ordinateur moins cher que le Macintosh d'Apple, franchement hors de prix, mais comme ce dernier, très doué pour la bureautique. L'histoire décidera qu'Apple survivra, alors qu'Atari périra.

Enfin, la prise MIDI intégrée à un ordinateur aussi bon marché que l'Atari ST lui permettra de s'imposer pendant plusieurs années comme une référence dans l'informatique musicale professionnelle, jusqu'à ce que le Macintosh vienne lui piquer sa place, lui-même fortement concurrencé aujourd'hui (mais pas égalé) par le PC.

Seulement voilà... Tout ça, c'est bien joli, mais les ordinateurs de cette gamme n'étaient pas vraiment achetés pour faire de la bureautique ou de la musique professionnelle. Cette clientèle existait, bien sûr, mais en tant que marché de niche. Non, le gros des ventes étaient réalisé auprès... des joueurs et parmi eux, nombreux étaient ceux qui, grâce aux possibilités de ces ordinateurs, commençaient à s'intéresser sérieusement à la possibilité de faire du graphisme et de la musique. Et à ce petit jeu, l'Amiga était le meilleur.

Commodore Amiga 500

Les caractéristiques techniques, je les connaissais bien. Je lisais la presse spécialisée (dont le fameux magazine Tilt et les premiers Génération 4) bien avant qu'Internet ne soit répandu dans nos foyers. Même si la logithèque de l'Amiga était moindre que celle de l'Atari ST au moment de mon achat, il ne faisait aucun doute pour moi que je me sentirais frustré de n'avoir "que" un Atari ST. Restait le délicat problème du coût. La seule solution : revendre mon cher Commodore 64, ce que j'ai fait avec le plus grand regret. Cela, combiné à mes économies et aux bienfaits de Noël, m'a permis d'acheter la bête tant convoitée. Le 30 décembre 1988, je me rendais boulevard Voltaire à Paris, chez A.M.I.E. (je ne sais pas s'ils existent toujours, mais ça m'étonnerait) où je versais - en liquide !!! - mes 4500 F (presque 700 euros) avec impatience. Les 20 disquettes offertes avec l'ordinateur ne sont pas restées vierges bien longtemps...

Et qu'ai-je fait avec mon Amiga ? Comme tout le monde, j'ai joué avec, beaucoup, passionnément. Je retrouvais la flamme qui m'avait animé du temps de mon Commodore 64. Mais tout y était plus beau, plus fin, mieux fait, mieux sonorisé, plus complet, plus complexe... Heureusement d'ailleurs. C'est ce qui rend l'informatique intéressante mais difficile d'accès pour le néophyte : cette évolution permanente, sans fin. J'ai joué à plein de jeux formidables, dont je liste quelques-uns ci-dessous, mais petit à petit, le jeu s'est effacé (pas complètement quand même) pour céder du terrain à l'arrivée d'un nouveau logiciel. Un seul logiciel qui allait, pour moi, occulter tous les autres. Ce logiciel, c'était Sonix d'Aegis, avec lequel j'ai composé pas mal de musiques entre 1989 et 1992.



MESSAGES

(laisser un message)

Page de messages n° 1 2 3 4 5 6 7 8 9



Nicolas
le 22/03/2014 à 21h44

Bravo pour votre site et les informations disponibles

Que de souvenirs en parcourant votre site

Un jeu sur C64 ?

Spelunker pour le plaisir
Ghostbusters pour l'intro



manekeu
le 28/11/2012 à 19h42

Je recherche le nom du jeu (ça doit être avec un ver de terre) mais avec la musique de Beethoven.
Merci.

* * * * * * * * * * * * * * * *

Bonjour,

Il doit s'agir de Earthworm Jim, sorti en 1994 sur consoles 16 bits.
Vidéo sur YouTube.

Grebz



VINce
le 09/09/2012 à 11h56

Bonjour,

Superbe site qui ravive des dizaines de souvenirs, bravo !
Que de nuits passées à jouer sur cette merveilleuse machine.

J'ai suivi le parcours classique des jeunes des années 80. Vidéopac, TI99 4/a, Commodore 64, Amiga, pour finir sur PC.

Avec le recul, le Commodore 64 reste la machine qui a le plus marqué ce parcours, je me revois en train d'échanger des cassettes puis disquettes 5 1/4 sous le manteau dans la cour du lycée !

Bonne continuation pour le site.

Commodorement vôtre,
VINcent, écrivain & musicien.



boubalours
le 08/09/2012 à 16h59

Bonjour,

Je cherche le jeu Pipeline qui était sur le Commodore 64.

J'ai mon papa qui jouait à fond et moi de même !!!

Un grand merci

Bouba



commodorehdcovers
le 05/11/2011 à 20h18

Salut Grebz !

Super ton site, plein de souvenirs rien qu'en lisant tes tests ! J'ai trouvé sur YouTube ton excellent test de The Way of the Exploding Fist, j'ai adoré, moi aussi j'ai plein de bons souvenirs avec ce jeu !
Je t'envoie mes respects commodoristiques !

Et si tu as quelques minutes à perdre, tu peux toujours venir faire un petit tour sur mon site www.commodorehdcovers.com (il y a aussi un forum).

* * * * * * * * * * * * * * * *

Merci de ta visite ! À bientôt sur ton site.

Grebz